Tel : 021 69 97 48 - 021 69 87 11
Tel : 021 69 87 44 - 021 69 87 49
Sylia : 0770 53 72 46
Fax : 021 69 87 61
E-mail : Service@clinique-saada.com
 Cliniquesaada@yahoo.fr
Si vous présentez une anomalie de la réfraction, ce document est destiné à vous fournir les principaux éléments nécessaires pour comprendre le principe et les effets des différentes techniques opératoires.

Les anomalies de la réfraction :

Dans un œil normal, le trajet des rayons lumineux est modifié par la cornée et le cristallin pour leur permettre de converger sur la rétine. L’œil myope étant trop long, les rayons lumineux convergent en avant de la rétine. L’œil hypermétrope est trop court et les rayons lumineux convergent en arrière de la rétine. L’œil astigmate présente des anamolies de courbure cornéenne. Les différents moyens de correction (lunettes, lentilles de contact et techniques de chirurgie réfractive) ont pour but de modifier le trajet des rayons lumineux.
Plusieurs techniques chirurgicales peuvent être proposées. La méthode la plus adaptée à votre cas particulier sera choisie avec votre chirurgien, ainsi que le mode d’anesthésie.

La chirurgie au laser Excimer (PKR ou Epilasik) :

L’opération se pratique sous anesthésie locale, après un pelage de la couche superficielle (PKR) ou soulévement de celle ci (Epilasik),les impacts de laser sont appliqués sur la surface de la cornée. Sa durée est courte (quelques minutes).
Les inconvénients résident dans les phénomènes douloureux qui peuvent exister pendant quelques jours. Dans certains cas, il peut survenir un voile cicatriciel susceptible de retarder la récupération visuelle. Ce voile est le plus souvent minime, mais, dans de rares cas, il peut être assez dense pour gêner la vision pendant plusieurs mois.
En cas de correction insuffisante, une nouvelle intervention est possible dans un délai minimum d’un an selon le niveau de l’épaisseur cornéenne.

Le laser intrastromal (Lasik) :

Dans cette méthode, le laser est appliqué dans l’épaisseur de la cornée après découpe chirurgicale d’un volet de tissu cornéen remis en place en fin d’intervention. Cette technique, réalisée sous anesthésie locale, est peu douloureuse. La récupération visuelle est rapide.
En cas de correction imparfaite, il est généralement possible de compléter le traitement, selon le niveau de l’épaisseur cornéenne.
Le principal inconvénient réside dans la découpe du volet cornéen qui peut induire des complications spécifiques (altération de forme et de transparence de la cornée).

L’implant myopique intra-oculaire :

Qui consiste à placer une lentille à l’intérieur de l’œil après ouverture de celui-ci.

Le résultat recherché ne peut jamais être garanti, car il dépend des phénomènes de cicatrisation avec des modifications individuelles. Une correction complémentaire par lentilles de contact ou par réintervention est parfois nécessaire.

Les opérations de chirurgie réfractive n’échappent pas à la règle générale selon laquelle il n’y a pas de chirurgie sans risque.
Même si celui-ci est très faible, des complications allant des plus anodines aux plus graves sont possibles.

Parmi les conséquences possibles de ces complications, on peut citer la perception de halos, une tendance à l’éblouissement, une réduction de l’acuité visuelle, même avec correction, une gêne à la vision nocturne,une sécheresse oculaire, une vision dédoublée, une déformation des images, un abaissement de la paupière supérieure. Ces complications transitoires ou définitives peuvent parfois nécessiter un traitement médical ou chirurgical.
Dans des cas exceptionnels, comme pour toute chirurgie oculaire, les complications peuvent prendre un caractère sérieux. Cette éventualité est tellement exceptionnelle que sa fréquence est impossible à évaluer.


Votre ophtalmologiste est disposé à répondre à toute question complémentaire Cliquez ici

Pour des Informations pratiques Cliquez ici